Le Blog

Catégories


Étiquettes


/ 0

Info

Les WC au bureau, un lieu de commodité mais pas que…

17 février 2016

Les WC au bureau, un lieu de commodité mais pas que… Décompresser, bavarder, faire le vide, respirer, téléphoner… sont des activités récurrentes aux WC

 

Quelques chiffres insolites…

 

D’après certaines études,

  • 81% des personnes vont aux WC pour les utiliser et rien d’autre!
  • 46 % s’y rafraichissent,
  • 15% profitent de leur tour aux WC pour s’isoler un peu,
  • 10% pour avoir une conversation privée avec un collègue,
  • 3% y font une petite sieste…

 

Bref, autant d’activités diverses et variés que l’on peut adopter aux WC !

 

Voici une vision des différentes réactions qu’on peut adopter aux WC du bureau.

Le saviez-vous ? En effet nous optons pour des comportements très différents lorsque nous nous retrouvons aux WC, surtout hors de chez soi.

Or, le lieu ou nous sommes le plus en dehors de chez nous c’est notre lieu de travail et quand on est au bureau toute la journée, échapper à la case « WC », c’est impossible. Après 3 heures de travail et 7 cafés, forcément, l’envie monte, nous coince, et là plus le choix, il faut y aller…

 

Face aux WC du bureau, on peut distinguer 3 écoles et aller, même 4:

 

Tout d’abord, il y a celles et ceux qui ne sont pas à cheval sur l’hygiène ou du moins, pas hyper maniaques qui, malgré quelques précautions, n’hésitent pas à s’y rendre plusieurs fois par jour, voire par heure, si nécessaire. Ces personnes sont plutôt « normales » et ne voient pas la case « WC au bureau » comme une épreuve dure à franchir.

Autant vous le dire tout de suite, on ne s’attardera pas davantage sur ce cas de figure, sans grand intérêt.

 

Ensuite, une autre catégorie de personnes, ceux qui ont la phobie des WC inconnus et qui détestent s’y rendre ! Les personnes qui feraient n’importe quoi pour se retenir, quitte à souffrir toute la journée.

Pour ce type de personnes, les WC du travail sont ouvertes au public et qui dit public dit bactéries. Ces personnes vivent un véritable calvaire jours après jours : elles redoutent par dessus tout le moment où elle n’auront plus le choix, le moment ou elles devront se résoudre y aller …

À partir de là, plusieurs options s’envisagent: comme se munir de lingettes anti-bactériennes, de solutions hydro-alcoolique, favoriser le lavage des mains avant / après, et c’est bien dommage que l’on ne puisse pas le faire pendant…

Autre technique, celle du pipi debout (technique qui n’est pas seulement réservée aux hommes).

De plus, ces personnes sont généralement sujettes à une grosse consommation de papier toilette… Le papier toilette sur la lunette des WC… enrouler et enrouler encore du papier autour de sa main avant de s’essuyer, enrouler, enrouler et enrouler de nouveau autour de sa main pour tirer la chasse, se laver les mains, et enfin prévoir (encore) un peu de papier pour ouvrir la porte principale des WC… et enfin, sortir de là : Epreuve réussie certes, mais pas facile de répéter 3 à 8 fois par jour ce processus, même s’il est parfaitement au point…

 

Aussi, une 3ème catégorie de personnes, plus intéressante: les personnes qui vont aux WC, non pas par besoin, mais pour téléphoner ou encore pour voir qui s’y trouve et avec qui elles pourraient potentiellement s’octroyer une petite pause bavardage dans le but de s’échapper un peu de la sphère travail. Et les WC, c’est aussi un moyen de discuter sans craindre les regards indiscrets de l’open-space.

 

Enfin, il y a la 4ème et dernière catégorie de personnes: Pour celles-ci, les WC au bureau sont avant toute chose un lieu de réflexion, un isoloir. Pour cette catégorie de personne, les WC sont perçues comme un lieu de paix où l’on peut réfléchir en toute sérénité et dans le silence absolu (ou pas). Il est parfois bon de pouvoir s’isoler au bureau, après une réunion fatigante, la présentation d’un projet ou les remarques déplacées d’un collègue, et les toilettes remplissent assez bien ce rôle.

 

Conseil à suivre:

Evitez les WC du fond !  En effet vous êtes pas le seul à penser que ce sont moins sales, parce que plus loin de l’entrée et donc moins utilisées… mais une étude a démontré le contraire, ce sont les plus douteuses !

 

Et vous dans quelle catégorie êtes-vous?

 

 

 

Article rédigé par Baptiste Lefevre Chargé Marketing & Communication